Bruno Rémillard, professeur titulaire au service des méthodes quantitatives de Gestion, HEC Montréal

Entrevue avec Bruno Rémillard, professeur titulaire au service des méthodes quantitatives de Gestion à HEC Montréal

Bruno Rémillard est professeur titulaire au service de l’enseignement des méthodes quantitatives de gestion de HEC Montréal. Il a obtenu récemment un professorship en ingénierie financière. Il a plusieurs publications dans des revues de qualité telles que « Quantitative Finance » et « The Journal of Futures Markets ». En 2007, il a remporté le Prix Pierre-Laurin.  Ses projets de recherche en finance portent sur les placements alternatifs, les stratégies de réplication et la couverture optimale.

  •  Sur quels sujets avez-vous travaillé ces cinq dernières années ?

Dès 2007, j’ai orienté mes recherches sur la mise au point de stratégies de réplication des rendements mensuels d’indices de fonds de couverture comme les indices HFRI ou MSCI. Il faut distinguer deux types de réplication : celle dite «forte» et celle dite «faible». Dans le premier cas, que l’on appelle plus couramment la réplication physique, on tente de répliquer un indice non-négocié, et le bon fonctionnement de la stratégie requiert un rebalancement mensuel du portefeuille. Dans le second cas, appelé aussi la réplication synthétique, on  utilise un portefeuille d’instruments liquides déterminés par le secteur d’activité ou la stratégie des fonds de couverture ciblés. Ici, la fréquence de rebalancement est beaucoup plus élevée. 

    • Quel est l’intérêt pour un client d’investir dans des fonds basés sur des stratégie de réplication ?
Advertisements