Ivan Maksymyk, Analyste principal de FinlogiK

Rencontre avec M. Ivan Maksymyk, Analyste principal de FinlogiK

Finlogik

Le Bulletin : M. Maksymyk, merci de nous recevoir. Parlez-nous de votre société.

I. Maksymyk : FinlogiK est une société montréalaise de solutions technologiques spécialisées, fondée en 1998. La société a progressé à Montréal depuis ce temps (ceci inclut la crise financière de 2008). Nous avons développé notre solution logicielle phare, également nommée FinlogiK, qui est un système intégré de transactions financières et de gestion de portefeuille. Nos clients profitent ainsi de solutions intégrées et flexibles.

Notre clientèle comprend des institutions bancaires, des caisses de retraite et des fonds de couverture, de même que les départements de trésorerie de sociétés importantes. Nos clients sont, en règle générale, des sociétés de grande taille détenant des inventaires importants de swaps (avec expositions en devises multiples) ou complétant des émissions obligataires de grand volume. Ces organisations doivent être en mesure d’évaluer efficacement et précisément leurs positions de swaps et ainsi de gérer leurs valeurs nettes, afin de stabiliser leurs expositions et leurs flux financiers.

Une des caractéristiques plutôt épatantes de FinlogiK est sa capacité à évaluer les swaps à l’intérieur du paradigme d’escompte de OIS « Overnight Interest Swaps ». Nous avons consacré des ressources importantes à l’évaluation des OIS et d’autres méthodologies d’évaluation de pointe. L’évaluation des OIS est maintenant cruciale vu son importance accrue auprès des places boursières collatéralisées (New York et Londres l’exigent déjà). Il y a une tendance lourde à la normalisation et la collatéralisation des transactions entre contreparties. L’évaluation OIS de swaps exige de décomposer la convolution des courbes OIS et des courbes forward implicites. Or, ces calculs complexes, nous devons les compléter aux normes les plus strictes de l’industrie.

Mais FinlogiK n’est pas qu’un outil remarquable pour les tâches d’évaluation et de middle-office. C’est également un outil puissant de back-office. Par exemple, FinLogiK a cette capacité d’écrire directement dans les grands-livres et les systèmes de transfert électronique de fonds. Avec ces caractéristiques, les départements de trésorerie sont en mesure de traiter une bonne part de leurs opérations grâce à un seul système intégré. De plus, cette consolidation, cette intégration propres à notre système permet la production de rapports de risque au besoin, à volonté.

Le Bulletin : Tout ceci est impressionnant! Dans quel espace évolue FinlogiK?

Advertisements